Utilisation de logiciels libres

Wikipédia définit le logiciel libre comme suit :

« Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement. Ceci afin de garantir certaines libertés induites, dont le contrôle du programme par l’utilisateur et la possibilité de partage entre individus. »

Les logiciels non libres n’étant contrôlables et modifiables que par les entreprises qui les conçoivent, des effets indésirables apparaissent : incompatibilités logicielles volontaires, obsolescence programmée, problèmes de sécurité non corrigibles, ou encore comportements malveillants cachés.

L’informatique des particuliers, des TPE et des PME est encore dominé par des acteurs proposant des logiciels non libres alors que des alternatives libres existent souvent : selon le souhait du client, je m’engage à mettre en œuvre des solutions libres dès que possible.

Soutien aux logiciels libres

Le développement des logiciels libres repose en partie sur le travail de bénévoles engagés. Je les soutiens financièrement en faisant des dons réguliers à des projets libres. De plus, j’apporte mon aide aux développeurs dans la mesure de mes moyens, en signalant systématiquement les bogues et en participant à des traductions de logiciels.

Informatique durable

L’informatique a un impact environnemental de plus en plus important : environ 10% de la consommation électrique des foyers (en excluant le chauffage, l’eau chaude et la cuisson), jusqu’à la moitié de la consommation électrique des entreprises, et jusqu’à 10% de la consommation énergétique mondiale pour l’ensemble d’Internet. Au delà de la simple consommation électrique de nos équipements, l’impact écologique de leur fabrication et de leur recyclage est estimé entre 20% et 60% de l’impact écologique total, et ce sans compter le marché gris lié au trafic de déchets et les conséquences du mauvais retraitement. Malgré les variations importantes de tous ces chiffres, les experts s’accordent à dire que la première action à entreprendre pour réduire cet impact est de prolonger la durée de vie des appareils. Lorsque cela est possible, je m’engage à réutiliser le matériel existant, en apportant les modifications matérielles nécessaires et en utilisant le système d’exploitation GNU/Linux (alternative libre à Microsoft Windows et Mac OS) qui nécessite généralement moins de ressources.

Informatique accessible à tous

Bien que l’outil informatique soit nécessaire pour de nombreuses démarches de la vie quotidienne, la barrière financière et technique reste difficile à franchir pour beaucoup de personnes. C’est dans cette optique que j’anime des ateliers gratuits d’initiation à l’informatique à Ayn et que je participe à l’association Chambérienne Alpinux où tous les publics peuvent venir découvrir les logiciels libres et trouver de l’aide.